24 février 2008

Dynamisme et équilibre sont les deux maîtres-mots du programme de la liste d’entente conduite par Jean-Marie Bockel.

http://www.lalsace.fr/articles/show/id/176066

Dynamisme et équilibre sont les deux maîtres-mots du programme de la liste d’entente conduite par Jean-Marie Bockel.

Il faut continuer à tirer la ville vers le haut pour que tous les Mulhousiens en profitent. C’est l’idée force du programme de la liste Bockel : « L’avenir de Mulhouse, c’est le dynamisme et l’équilibre. Sans dynamisme, pas de création de richesses. Sans création de richesses, pas de partage de richesses possible. C’est cela l’équilibre. Faire un mauvais choix municipal, c’est risquer de faire retomber sur la pente du déclin une ville qui n’en est qu’au milieu du gué… »             

On choisit un maire

Seul un maire sortant a un bilan, qui n’est pas dissociable de son projet. Raison pour laquelle ce projet a été présenté au cours d’un trajet en tramway (une des grandes réalisations de la mandature) au départ de la gare, en passant par la Porte Jeune (en plein chantier du centre commercial) pour emprunter l’avenue de Colmar (chantiers aussi) jusqu’à la place du Rattachement. La réunion avec l’ensemble de la liste s’est ensuite tenue au Pax.
Pour Jean-Marie Bockel, une élection municipale est « un choix important mais un choix local » : « L’enjeu est de désigner le maire de la ville qu’on souhaite avoir. Je ne comprends pas mes adversaires qui dressent de Mulhouse un tableau catastrophiste ou apocalyptique. C’est se tirer une balle dans le pied… »                
Un bilan n’est pas une fin en soi : « Le bilan, c’est ce qui crédibilise le projet. Il interdit de dire ou de promettre n’importe quoi en supprimant les recettes et en augmentant les dépenses. Jusqu’à présent, j’ai toujours réalisé mes projets… »             

Une équipe

Le dynamisme. « Il se trouve dans le grand centre-ville que nous sommes en train de mettre en œuvre. Dans la Fonderie. Demain à DMC. Mais aucun morceau de ville ne sera oublié… » Au passage, le maire rappelle qu’en six ans l’insécurité a baissé de 32 % — « mais je ne m’en satisfais pas et nous continuerons ». Parmi les promesses : « une Cité de la musique qui sera un nouveau Noumatrouff… »                
Et l’entente communale ? Michèle Striffler, qui a toujours travaillé au PS, la résume ainsi : « Nous formons déjà une équipe, on ne parle plus d’UMP, de Gauche moderne, de MoDem… » Jean Rottner (UMP) se dit lui aussi en phase : « Nous allons essayer d’apporter notre regard neuf et notre vision propre… » Bernard Stoessel (MoDem) : « Nous nous sentons pleinement à l’aise dans cette équipe où nous nous retrouvons pleinement… »                
Il y a aussi la construction de l’agglomération : « Je continue à travailler dans la discrétion…, révèle JMB. Je ne sais pas si on y arrivera dans la mandature, mais je sais que c’est nécessaire. L’exemple que nous donnons à Mulhouse en fédérant des sensibilités différentes dépolitise le débat. C’est nécessaire, mais pas suffisant… »             

                        

      Stéphane Samacoïtz      

Posté par ERICCITOYEN à 11:31 - - Permalien [#]