27 février 2008

SHOAH AU CM2 L'idée de parrainages d'enfants abandonnée

 

SHOAH AU CM2

     

L'idée de parrainages d'enfants abandonnée

NOUVELOBS.COM | 27.02.2008 | 18:07

Réagissez à l'article 144 réactions

A l'issue d'une réunion de concertation au ministère de l'Education, les participants, dont Simone Veil, ont expliqué que l'idée avancée par Nicolas Sarkozy n'a pas été entérinée. Le parrainage d'une victime par un élève ou par une classe était "enterré avant même qu'on se réunisse", a expliqué Claude Lanzmann.

Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos dans une école primaire à Périgueux le 15 février

Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos dans une école primaire à Périgueux le 15 février

(c) Reuters

L'idée de Nicolas Sarkozy de faire parrainer par des CM2 chaque enfant juif de France victime de la Shoah a laissé la place à d'autres pistes de réflexion, ont déclaré mercredi 27 février plusieurs participants à une réunion au ministère de l'Education, dont Simone Veil et Claude Lanzmann.
Le parrainage d'une victime par un élève ou par une classe était "enterré avant même qu'on se réunisse, ce n'était pas praticable car il y a 11.500 enfants juifs de France et 600.000 élèves en CM2", a dit l'historien et cinéaste Claude Lanzmann. L'idée de tels parrainages était "partie d'une sincère émotion du président", a-t-il ajouté.
Interrogée sur cette question des parrainages, Hélène Waysbord-Loing, chargée de la mission pédagogique sur la question, a répondu : "Il n'en a pas été question ce matin".

Situation et ville

Parmi les pistes de réflexion, Simone Veil a plaidé pour "autoriser, inciter à faire des travaux qui permettent aux enfants de se grouper dans une classe non pas vers un enfant en particulier mais vers telle situation dans telle ville".
"Il n'y a rien de très précis de décidé, mais la volonté de tous d'arriver à améliorer ce qui est déjà très bien fait par les professeurs" qui enseignent cette partie de l'Histoire depuis 2002 en primaire, a poursuivi Simone Veil.
Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos réunissait plusieurs personnalités engagées dans la transmission de la mémoire de la Shoah.
Cette proposition ayant soulevé un tollé, des psychologues et des éducateurs jugeant la charge trop lourde à porter pour un enfant de 10 ans, l'Elysée et Xavier Darcos ont suggéré que le travail de mémoire soit plutôt confié à une classe entière plutôt qu'à un enfant.

Veil, Klarsfeld, Lanzmann…

Outre Simone Veil, Anne-Marie Revcolevschi, directrice générale de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, Serge Klarsfeld, président de l'Association des fils et filles de déportés juifs de France, Richard Prasquier, président du CRIF, ou encore Claude Lanzmann, le réalisateur de "Shoah", y ont participé.
Anne-Marie Revcolevschi a noté mardi que "le fait de passer par l'histoire d'un enfant est intéressant pédagogiquement", mais suggère d'utiliser "le témoignage de survivants qui racontent ce qui leur est arrivé". "On va retenir l'idée du président de la République", a-t-elle toutefois souligné à l'Associated Press, tout en insistant sur l'importance de "ne rien imposer d'identique partout". "Ce n'est pas du tout la même chose quand on est dans une classe où il n'y a pas beaucoup de juifs", a-t-elle affirmé.

"Consulter largement"

Hélène Waysbord-Loing, inspectrice générale de l'Education nationale et présidente de l'Association de la maison d'Izieu, était chargée de concevoir, avec l'appui d'experts du ministère de l'Education nationale "et en consultant très largement", les documents pédagogiques qui permettront la mise en place à la rentrée prochaine de la proposition de Nicolas Sarkozy.
Simone Veil, qui avait d'abord jugé "inimaginable, insoutenable" et surtout "injuste" l'initiative de Nicolas Sarkozy de confier à chaque élève de CM2 la mémoire d'un des 11.000 enfants français victime de la Shoah, a ensuite accepté de participer à la mission mise en place par le ministre pour réfléchir aux modalités d'application de cette proposition controversée. (avec AP)

Posté par ERICCITOYEN à 18:13 - - Permalien [#]