22 février 2008

Altruisme et estime de soi

http://www.scienceshumaines.com/forum/viewtopic.php?t=1240


Altruisme et estime de soi
Par Bernard Lombard   
Posté le: Jeu Fév 14, 2008 3:14 pm
   

Au bureau de tabac où j’étais allé vérifier mon jeu à l’Euro Millions, j’ai acheté Sciences humaines (alors que je cherchais un magazine parlant d’avions), car je n’osais pas demander cette vérification sans contrepartie. Bien m’en a pris, ça me passionne.

Seulement votre article : « Les sources universelles de la justice « , ne m’a pas entièrement convaincu pour ce qui concerne l’origine de l’altruisme. Il me semble que vous devriez y ajouter L’ESTIME DE SOI qui en est un moteur ultra puissant.

Exemple : je travaille dans une multinationale qui considère n’avoir que des centres de profits, pas des salariés ; et dont la gestion du personnel est le cadet de leurs soucis, sauf pour poser leurs exigences. Il n’y a aucun avantage à travailler là : même pas un comité inter entreprises, alors que nous sommes plus de 350 000, la mutuelle la moins chère, les salaires les plus bas possibles et il faut tout faire.

Pourtant, je travaille du mieux que je peux. Les salons et les banquets dont j’ai la responsabilité sont toujours très bien faits. On n’en trouve nulle part ailleurs, dans cette chaîne, d’aussi bien montés, d’aussi propres. Mes collègues le disent, les clients aussi, dont ceux d’Airbus qui classent notre hôtel en première ligne de préférence pour organiser leurs journées d’études, même si nous sommes plus chers que la concurrence.

Ce n’est apparemment pas mon intérêt, car je m’y épuise. De plus l’entreprise n’est pas habituée à un service de ce niveau. Ailleurs, elle se contente d’une moindre qualité ; du coup elle ne me remercie pas. Je m’y sens même menacé par les derniers licenciements.

Oui mais je m’en fous ! Mon plaisir à moi c’est ce travail, car son expression bien visible me procure cette belle estime de moi et cette fierté si nécessaires. Mon bénéfice, c’est quand mes pairs ou des clients montrent leur admiration. Et c’est ce qui me fait rester dans cet hôtel ; car ils ne sont pas nombreux, ceux qui ont des salons adaptés et le matériel adéquat pour me permettre d’épater par la beauté, l’harmonie, la propreté. Ici, dès que je demande une fourniture, on me la commande. Je peux avoir ce qu’il y a de mieux.

Si cette estime de soi et cette fierté sont qualifiées d’altruisme par les autres, vu par moi, elle me sont utiles en de multiples occasions. Elles m’aident à être plus exigeant et donc à atteindre des buts que je ne viserais pas autrement.

Exemple : je suis en train de finir les vérifications d’un livre que je trouve formidable. J’y ai travaillé dix ans, cinq heures par jour en plus de l’hôtel, y inclus les week-ends, vacances et jours fériés. Il démontre la formation de la pensée l’organisation du mental. Il permet même d’en faire l’expérience. Or au départ, je n’avais pas une estime de moi suffisante pour entreprendre une telle œuvre. Il visait juste à savoir ce que les rêves avaient à m’apporter.
Eh bien je prétends que ce sont cette estime de soi et cette fierté, qui s’accumulant un peu plus chaque jour, m’ont sans cesse aidé à me remettre en question, à recommencer encore et encore jusqu’à jouir de la sensation d’être allé au bout ; jouissance également nourrie de l’espoir que ce livre aide ses lecteurs à devenir plus cohérents, à gérer leurs contradictions pour apaiser leurs pensées et actes.

Et ça marche pour tout ! Exemple adapté : hier, alors que je parlais avec Prince, notre chef cuisinier, j’ai remarqué dans son bureau, une photo de femme à la plastique impeccable. Je lui en ai parlé, lui disant que je la trouvais magnifique. Il m’a répondu : oui, mais je ne gagne pas assez pour me l’offrir. Et c’est vrai, que certaines femmes font payer très cher le moindre bisou, qu’elles poussent leurs hommes jusque dans leurs derniers retranchements, jusqu’à ce qu’ils aient envie de leur mettre des baffes ! Et il faut avoir beaucoup de bonne volonté pour résister à ça ! seulement, j’en connais de généreuses, dont ma sœur, qui se font belles par amour pour leur conjoint, qui se régalent à faire plaisir, à valoriser par leur beauté, leur intelligence et leur gentillesse, celui qu’elles ont choisi d’accompagner.

Eh bien, je pense que ce sont elles les gagnantes, car elles sont gâtées en retour ! Et puis elles aussi en retirent beaucoup d’estime personnelle et de fierté, émotions qui les propulsent pour atteindre d’autres buts plus égoïstes.

Or dans votre exemple, donner plus que nécessaire des dix euros à partager, augmente le sentiment de valeur personnelle, produit estime de soi et fierté si utiles à l’acceptation de ses plus belles ambitions. C’est le rôle de l’altruisme, qui n’est que la face cachée de ces besoins, et cela ne date pas d’aujourd’hui !

Voilà c’est tout.
Que 2008 vous apporte santé, affection, prospérité ainsi que l’amour propre que vous êtes en droit d’exiger… de vous-même.

Posté par ERICCITOYEN à 18:17 - - Permalien [#]