14 janvier 2008

"Six ans de perdus" pour finalement revenir à "une police de proximité"

lemondefr_grd

"Six ans de perdus" pour finalement revenir à "une police de proximité"

      

14.01.08 | 13h28      


               Le porte-parole du PS Stéphane Le Foll a regretté lundi que l'on ait "perdu six ans" dans la mise en place d'une police de proximité, en commentant les déclarations de la ministre de l'Intérieur annonçant en Seine-St-Denis la création d'"équipes localisées sur un secteur".

Sur "ce sujet majeur pour les socialistes, puisqu'il touche à la politique de la sécurité, on a perdu, au vu des déclarations de Michèle Alliot-Marie, six ans, pour revenir au principe de la police de proximité, que tous les maires de banlieue avaient salué comme la bonne méthode", a déclaré le directeur de cabinet de François Hollande au cours d'un point de presse.

"Après avoir perdu six ans suite à un choix idéologique de Nicolas Sarkozy qui avait supprimé brutalement la police de proximité, le ministre de l'Intérieur revient à ces principes. Ces principes impliquent des moyens, il faut des fonctionnaires pour faire vivre cette police de proximité", a ajouté M. Le Foll.

Dans un entretien à Aujourd'hui en France/Le Parisien, Mme Alliot-Marie annonce que son plan pour la Seine-Saint-Denis "prévoit des équipes localisées sur un secteur, formées à l'activité en milieu difficile, assurant une présence permanente, active, visible et dissuasive".

Refusant d'employer les termes de "police de proximité" ou d'"îlotage", elle dit vouloir "une police qui soit proche des gens".

M. Le Foll a vu dans cet épisode une nouvelle preuve des "contradictions" qui agitent l'exécutif.

Selon lui, "la cacophonie est de plus en plus grande au sein du gouvernement, entre le gouvernement et le président de la République, et même ses conseillers".

Le bras droit de François Hollande a critiqué "la confusion générale" à propos du "plan Banlieues". "Première étape : le président de la République ne veut pas présenter de plan Banlieues, sa ministre Fadela Amara dit : +si, si, je vais présenter un plan banlieues à Vaulx-en-Velin (Rhône)+, et maintenant la ministre de la Ville Christine Boutin conteste le plan qui serait présenté par Fadela Amara en considérant qu'il faut un plan pour la ville et non pas pour la banlieue".

M. Le Foll a aussi relevé qu'alors que le président de la République fait des municipales "un enjeu national, on a un Premier ministre qui corrige cette annonce et les conseillers eux-mêmes corrigent le tir".

Le responsable a encore affirmé que la déclaration de M. Sarkozy pour "la fin des 35 heures", avait été "corrigée à plusieurs reprises".

Sur le pouvoir d'achat, il y a "une contradiction totale" entre les promesses et les premières déclarations présidentielles et l'affirmation lors de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy que "les caisses sont vides".

"On est un peu dans un système où l'omniprésidence médiatique cache l'absence de résultats", a jugé le député européen. "Moins il y a de résultats, plus on fait de médias".

Selon M. Le Foll, on a à faire à "une politique de Gribouille", avec "un vrai problème de cohérence".

            

Posté par ERICCITOYEN à 15:32 - - Permalien [#]