28 novembre 2007

Les emportements du chef de la diplomatie Bernard Kouchner

rue89_logo


Les emportements du chef de la diplomatie Bernard Kouchner

                                   

      

Bernard Kouchner n'aime pas être interrompu par les journalistes, comme en témoigne sa réaction lors d'une interview, il y a quelques jours à Nantes. Le reporter en question n'a pourtant pas l'air très agressif. (Voir la vidéo.)


Par ailleurs, l'interviewer de RTL Jean-Michel Aphatie, vient de raconter sur son blog comment le ministre, invité de la station lundi pour parler du Proche-Orient, n'a pas du tout apprécié d'être interrogé sur l'absence de la secrétaire aux droits de l'homme, Yama Rade, en Chine, et comment il est parti furieux, sans même dire au-revoir:

"Bernard Kouchner n'a pas aimé les questions sur le sujet. 'Petit bout de la lorgnette', a-t-il dit au micro. Le problème, a-t-il ajouté, c'est la Birmanie, pas la Chine, une manière de renvoyer le questionneur à son ignorance des problèmes du monde. L'interview s'est terminée sur cette tonalité et ceci a désappointé le ministre des Affaires étrangères.

"'Et le Liban?', s'est-il exclamé en comprenant que le temps d'antenne était terminé. 'Je reviens du Liban, je pensais que nous allions ne parler', a-t-il poursuivi en contenant sa colère. J'ai répondu que nous ne pouvions pas parler de tout, sans préciser que puisqu'il fallait choisir entre les misères du monde, il appartenait à l'interviewer de faire les choix, et non à son invité.

"Bernard Kouchner s'est levé, jugeant à haute voix que les questions sur la Russie avaient été inutiles et encombrantes. J'ai répliqué que si François Hollande, chef de l'opposition, était mis en prison durant cinq jours, nous en parlerions sûrement un bon moment.

"Ceci n'a pas déridé le ministre. Il a pris son manteau sur le fauteuil où il l'avait posé, à l'extérieur du studio, puis est parti, s'abstenant de saluer les personnes présentes, appelé par ses fonctions à des tâches qu'il estime visiblement moins médiocres que les questions auxquelles il a été confronté ce matin."

Tout cela m'a aussi rappelé cette scène, filmée lors d'une conférence au Liban. (Voir la vidéo.)


Et puis, en farfouillant sur Dailymotion, je suis tombé sur cette vidéo que je ne connaissais pas, une émission de télé pendant la campagne électorale. Le futur ministre des affaires étrangère s'énerve face à ses interlocuteurs qui le soupçonnent de pencher secrètement pour Sarkozy:

"Qu'est-ce que c'est que ces procès d'intention de merde! Ça fait quarante ans que je suis de gauche, (...) me faites pas chier!" (Voir la vidéo.)


      

Posté par ERICCITOYEN à 21:26 - - Permalien [#]